.:.Chronique.:.

Pochette

Field, The

Yesterday And Today

[Kompakt::2009]

|01 I Have The Moon, You Have The Internet|02 Everybody's Got To Learn Sometime|03 Leave It|04 Yesterday And Today|05 The More That I Do|06 Sequenced|

Tout le monde est assez d’accord là dessus. Alex Willner, connu sous le nom de The Field, est l’une des meilleures trouvailles que le label Kompakt ait faites ces dernières années. Avec From Here We Go To Sublime il avait déjà mis quelques beignes à ceux qui avaient enterré un peu vite la structure de Cologne. Il n’y avait alors pas assez de mots pour qualifier ce disque qui, honnêtement, méritait largement ce déluge d’éloges. Succès aidant, Alex Willner a été maintes fois sollicité à travers le monde et c’est pendant l’une de ses tournées, à force de fréquenter d’autres formations, que l’idée lui est venue d’intégrer des musiciens à son projet. L’idée n’est pas spécialement neuve mais étant donné que le personnage a la baraka en ce moment, il pouvait bien tenter l’expérience. Celle-ci a, tout d’abord, démarré sur scène où Willner était accompagné de Dan Enqvist et d’Andreas Södestrom. C’est riche de cette expérience que notre homme s’est mis à l’enregistrement de l’album qui sera mixé, par la suite, par Jörg Burger (The Modernist) et Michael Mayer. Yesterday And Today est donc le successeur tant attendu et force est de constater qu’il ne déçoit pas. Si Willner a essentiellement été entouré de ses amis pour la conception de ce disque, il a également pu compter sur la collaboration de John Stanier de Battles (pour qui, faut-il le signaler, il a déjà fait des remixes).

Yesterday And Today est, d’ailleurs, bien au-delà de toutes nos espérances. On touche là le haut niveau et, en bien des points, ce disque surpasse son prédécesseur. L’apport instrumental, ici représenté par « Today » dans le titre, a largement été assimilé par l’univers électronique déjà connu, le « Yesterday » donc, du Suédois. On assiste à une espèce d’électro-krautrock aux aspects spatiaux, répétitifs tout en gardant un caractère évolutif. On est vite hypnotisé par cette musique qui se trouve aux frontières du psychédélisme et de l’ambiant. Le caractère krautrock de l’album est évidemment symbolisé par les parties instrumentales qui ne sont pas sans rappeler les efforts de groupes comme Can ou Neu!. A noter également cette incroyable reprises de Everybody’s Got To Learn Sometime des Korgis, morceau intemporel, qui, ici, est magnifié avec une justesse qui frise la perfection. Yesterday And Today est finalement une histoire d’alchimie qui ne se comprend que comme une évolution vitale pour Willner. Cette évolution fait le bonheur de tout le monde et, à l’évidence, le bonhomme a quelques longueurs d’avance sur ses poursuivants.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 10-08-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/thefieldsthlm

?>