.:.Chronique.:.

Pochette

Shining

Grindstone

[Rune Grammofon::2007]

|01 In The Kingdom Of Kitsch You Will Be A Monster|02 Winterreise|03 Stalemate Longan Runner|04 To Be Proud Of Crystal Color Is To Live Again|05 Moonchild Mindgames|06 The Red Room|07 ASA NISI MASA|08 To Be Proud Of Crystal Color Is To Live Again|09 Psalm|10 -... .--.-. ....|11 1:4:9|12 Fight Dusk With Dawn|

Comment concilier Slayer et Ornette Coleman, The Mars Volta et Olivier Messian, This Heat et King Crimson ou encore Henry Cow et György Ligeti ? C'est, en tout cas, le pari osé de Shining, quatuor norvégien qui sort ici son quatrième album. Composé deux anciens membres de Jaga Jazzist (Jorgen Munkeby et Andres Schei) auxquels s'adjoignent deux autres comparses (Torsten Lofthus et Morten Strom), Shining a le sens du kitsch, de la grandiloquence et d'une certaine forme de dérision assez peu communs. Au premier abord on se dit que cela va vite être du grand n'importe quoi, du pompeux ésotérique que seuls quelques initiés sauront déchiffrer. Au contraire on se prend rapidement au jeu et on devine que le projet Shining n'est pas forcément qu'une vaste blague. Comme sur leurs précédents albums, et notamment l'incroyable In The Kingdom Of Kitsch You Will Be A Monster, le quatuor est complètement imprévisible passant d'un métal rafraîchi au free-jazz ou en faisant de gros clin d'oeil au rock progressif tendance King Crimson (référence, on l'a vu, qu'ils ne renient aucunement), sans que l'on s'y attende la moindre seconde. Si le groupe est capable de réaliser une musique complètement possédée il peut également être en mesure de se poser cinq minutes et partir dans des volutes sonores synthétiques du plus bel effet. Mais quelle que soit la forme que Shining entreprend de prendre il ne perd jamais de vue ce côté kitsch qui, quoi qu'on en dise, donne tout son intérêt au groupe.

Shining est ainsi quasiment insaisissable. Les Norvégiens ne se sentent jamais aussi bien que quand ils prennent de la hauteur. Et là il n'y a pas de risques majeurs à ce que l'on entende chez eux une musique des plus terre à terre. Insaisissable également parce qu'ils parviennent à se rendre lyriques tout en utilisant une formule un peu lourde et épaisse. On s'étonne alors que Shining soit aussi habile techniquement qu'artistiquement. Malgré la lourdeur du dispositif Shining est aussi agile que possible et, à force, on ne fait plus vraiment attention au piédestal sur lequel le groupe s'est installé. Si d'aventure il vous prenait de voir de la prétention dans leur approche musicale c'est tout le contraire qui est recherché ici. Grindstone, comme ses prédécesseurs, est un disque ouvert qui ne s'interdit rien et qui, malgré son côté un peu dispersé, est un album tout simplement joussif. Alors oui, Shining est un groupe de fous furieux, mais dans le bon sens du terme. Ne les enfermez pas tout de suite, s'il vous plaît.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 23-05-2007

A voir également :

http://www.shining.no

http://www.runegrammofon.com

?>