.:.Chronique.:.

Pochette

M83

Before The Dawn Heals Us

[Gooom::2005]

|01 Moonchild|02 Don't Save Us From The Flames|03 In The Cold I'm Standing|04 Farewell-Goodbye|05 Fields, Shorelines & Hunters|06 Asterick|07 I Guess I'm Floating|08 Teen Angst|09 Can't Stop|10 Safe|11 Let Men Burn Stars|12 Car Chase Terror !|13 Slight Night Shiver|14 A Guitar & A Heart|15 Lower Your Eyelids To Die With The Sun|

Depuis "Dead Cities, Red Seas And Lost Ghosts" sorti en 2002, de l'eau à coulé sous les ponts chez les Antibois de M83. Nicolas Fromageau a quitté le navire, laissant Anthony Gonzales seul aux commandes de cet embarcadère singulier, bardé de roboteries que n'aurait pas renié Jean-Michel Jarre, de beats accrocheurs et de guitares piquées à Bloody Valentine.

Disque d'émancipation pubère, "Before The Dawn Heals Us" pousse le bouchon plus loin que son prédécesseur, comme si son créateur voulait en mettre plein les mirettes plus que nécessaire et s'affranchir du passé (cf le titre de l'album). Heureusement, on retrouve - boosté à bloc - tout ce qui était si plaisant chez M83 : une session ryhtmique plus pêchue, des guitares plus incisives et terriblement efficaces (A Guitar And A Heart), et une profondeur accrue (Moonchild) confèrent une formidable énergie à ce disque aux respirations épiques et renversantes. On ne sait plus où donner de la tête tant les directions empruntées par Gonzales sont variées, surprenantes, anachroniques. Un pied dans la variétoche eighties (Farewell-Goodbye), l'autre dans le rock'n'roll (Asterick), mais les bras fièrement levés vers un electronica novateur, lisse et planant a souhait, le DJ Antibois peut dorénavant arrêter de gesticuler, car il n'a plus rien à prouver.

Hypertrophié, souvent excessif, cet album risque bien de remporter la mise s'il ne parvenait pas à agacer ses auditeurs, ou même les perdre dans ses entrailles éparpillées. Bel effort tout de même.

note : 7.5

par yves, chronique publiée le 19-02-2005

A voir également :

http://www.ilovem83.com/

.:.Un autre regard.:.

Sonnant le glas de la collaboration entre Nicolas Fromageau et Anthony Gonzalez, "Before the dawn heals us" demeure l'album du changement, voire de la maturité. Un peu comme un furoncle qui forme une bosse sous la peau, avant de former une excroissance remplie de liquide séreux qui déforme la jour du condamné. Resté seul, le petit Anthony en avait certainement marre de piloter une soucoupe volante dans les confins de la galaxie et voulait fouler l'herbe tendre de la terre, voire profiter des plaisirs terrestres qu'offrent renommée et talent. En deux mots, finis les concerts confidentiels et les mélopées planantes, bonjour les groupies et les slows eighties labellisés Miami Vice. En tout cas, dès la première écoute, un énorme cas de conscience se pose: aime t-on toujours M83? On peut se poser la question, surtout confronté au terrible "Farewell/Goodbye", figure de proue de ce que l'on ne veut plus retrouver dans la pop actuelle. En cédant à l'appel de la noisy racoleuse et de la complainte d'un chant empesé ( grosse épine du pied du disque, avec la batterie un rien lourdingue ), délaissant l'électro cultivée et les dérives cosmiques, M83 ne signifie plus rien qu'un énième groupe fusionnel que l'on préfèrera pour ses luminescents premiers émois plutôt que pour cette tentative consensuelle. Toutefois, après quelques écoutes forcées, on peut encore espérer du meilleur, admettant que Moonchild, entre autre, sauve du naufrage artistique cette première mauvaise surprise de l'année.

note : 4

par drezco, chronique publiée le 19-02-2005

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

dorian : avis du rédacteur
jean marc : avis du rédacteur
Vivien : avis du rédacteur
rentboy : avis du rédacteur
Fabien : avis du rédacteur

?>