.:.Chronique.:.

Pochette

Etienne De Crécy

Super Discount 2

[V2::2004]

Le come back d’Etienne de Crécy est un pari risqué. Il y a 5 ans, il était au sommet de son succès, pendant la vague French Touche. Son nom était souvent cité entre Modjo, Daftpunk, Roger Sanchez, Air, et autres groupes oubliés. La tribu des oubliés est donc en train de se remettre sur pied. Il a bien fallu digérer la descente après le succès. Etienne de Crécy avait (si on en croit la presse) cartonné avec son « Super discount ». On a donc le droit à un « Super discount 2 » en cette fin d’année 2004. Alors, bien sur, on a un peu peur de mettre ça dans notre chaîne. On a peur d’entendre les mêmes synthés pourris qu’en 99, les mêmes filtres insupportables et les mêmes voix si joyeuses ou un peu teintées de soul music.

Bon, le premier morceau, on n’en parlera pas beaucoup, parce qu’il n’y a pas grand chose à dire. On est pas réellement surpris du virage électronique d’Etienne. « Poisoned » est un véritable essai significatif. « Je veux essayer de sonner 2004 ». Et 2004, ça n’a pas été vraiment l’année de la house music (enfin par pour nous). « Fast Track », deuxième titre, et là dès les premières percussions, on se dit que ça va être de pire en pire. Et puis bon, il faut savoir que Mr De Crécy est comme tout le monde, il écoute LCD, DFA, The Rapture, alors il a bien fallu éviter la ringardise. C’est très bien produit. On a ligne de basse résolument rock, des percussions, et on dirait du DFA ultra produit dans le studio de Madonna. Bon, le morceau : il faut bien avouer qu’il fait bouger le corps et qu’il est très sympathique. Alors pas de cassage, ce morceau est cool Etienne. On aurait bien envie de vous faire tous les morceaux un par un, mais qui cela intéresserait il ?

Globalement, ce « Super discount 2 » est un disque qui va plaire, et qui plait même déjà sûrement à beaucoup de gens. Pour ceux qui écoutent LCD depuis 2 ans, ça risque d’être un peu difficile. Cette musique électronique hybride ne sait pas vraiment ou elle habite. Le soir elle hésite entre l’underground New Yorkais, le mainstream français, et la techno sous acide. Bref, un mélange assez perturbant, mais qui est finalement assez sympa le vendredi soir.

note : 6

par dorian, chronique publiée le 29-11-2004

A voir également :

http://www.v2.fr

?>