BLABBERMOUTH.NET

01. Au-delà de la porte chimique
02. Gravé dans l’oubli
03. Meules d’Ophanim
04. Le soleil m’a donné des cendres alors j’ai cherché la lune
05. Dans les cryptes cristallines
06. Une lune remplie de chagrin
07. La tempête qui s’infiltre dans l’agonie
08. La pourriture éternelle

Après une décennie de dormance, une centrale du death metal expérimental EMPLOI POUR UN COWBOY est enfin de retour, et en grand. Semblable à son prédécesseur, celui de 2014 « Mangeur de soleil », « Guérisseur de la Lune »le cinquième album complet du groupe, est désirablement lourd et conceptuellement intéressant, avec la musicalité de haut niveau de chaque membre pleinement exposée.

« Guérisseur de la Lune » plonge profondément dans une folie conceptuelle élaborée qui est à la hauteur de l’intensité et de la profondeur de EMPLOI POUR UN COWBOYC’est un death metal résolument avant-gardiste. Chanteur Jonny Davy raconte l’histoire fascinante d’un ami proche qui s’est lancé dans une quête d’illumination hallucinogène dans le but de comprendre les secrets de l’univers.

Cet album est plus avancé sur le plan créatif que « Mangeur de soleil », peut-être trop pour ceux qui aiment leur death metal plus varié en viande et en pommes de terre. Les huit chansons ciblées de la sortie sont expérimentales d’une manière qui sort des sentiers battus. « Gravé dans l’oubli »par exemple, comprend une brève section de type cirque qui amène M. BUNGLE à l’esprit. L’approche de forme libre ressemble à DÉCAPITATION DES BOVINSc’est « Terrasse ». Quelques sections agressives sur « Le Soleil m’a donné des cendres alors j’ai cherché la Lune »guidé par DavidLa voix de et les riffs saccadés et saccadés font un clin d’œil à l’EP de 2005 du groupe. « Perte ». Autre part, « Dans les cryptes cristallines » exerce une musicalité impressionnante et prog, laissant l’auditeur en redemander. Sur le maussade et mélancolique « Une lune remplie de chagrin », Nick SchendzielosLes lignes de basse lancinantes et percutantes de complètent parfaitement la précision aiguisée des guitaristes. Al Glassman et Tony Sannicandrotout en fournissant simultanément une solide structure rythmique aux côtés du batteur de session Navène Koperweis.

Jusqu’à présent, le sommet créatif du groupe a été « Mangeur de soleil »et même si c’est parfois trop auto-référentiel aux deux derniers albums du groupe, « Guérisseur de la Lune » atteint les sommets de son prédécesseur à tous égards.