.:.Chronique.:.

Pochette

Jeffrey Lee Pierce Sessions Project, The

The Journey Is Long

[Glitterhouse::2012]

L'expérience avait déjà été tentée en 2009. L'idée du Jeffrey Lee Pierce Sessions Project ne consistait pas à faire un énième tribute dont la formule est plus qu'aléatoire mais de proposer à des artistes se sentant des affinités avec le défunt chanteur de Gun Club d'interpréter des morceaux qui n'ont jamais été réalisé (à l'exception de quelques unes comme The Breaking Hands) hormis sur des cassettes sous forme de démos, la plupart du temps. We Only Riders était donc basé sur ce principe. L'auteur original ayant disparu ce sont donc des artistes qui lui sont proches qui se donc chargé d'interpréter ces morceaux qui n'auraient jamais vu le jour autrement. The Journey Is Long est donc le deuxième volume de cette entreprise salutaire. Nick Cave, Lydia Lunch, Cypress Grove, Chris Brokaw, Thalia Zedek, Mark Lanegan, Isobell Campbell, Barry Adamson, Mick Harvey... Voici quelques noms de ceux qui se sont prêtés volontiers au jeu. Un peu les mêmes, ou presque que sur le premier volume d'ailleurs. Après, rien ne dit que Pierce aurait fait ces morceaux de cette manière, que les versions présentes sur ce disque sont celles qu'il se serait attaché à faire. Pourtant, chacun ici s'est efforcé de coller à l'esprit de Pierce, et à fortiori de Gun Club. Et puis, il vaut encore mieux ces versions là, même si on les trouve parfois un peu mollassones, que des démos salement retouchées qui auraient été la pire insulte qu'on aurait pu lui faire. Non, ici, on s'est clairement appliqué, on s'est senti concerné et puis, franchement, quand on est appelé pour un projet de cet envergure il est de bon aloi de ne pas faire n'importe quoi. Il s'agit de morceaux de Jeffrey Lee Pierce ! Une légende, maudite certes mais une légende quand même. The Journey Is Long, comme We Only Riders, montre que Pierce n'a pas été oublié que son ombre hante toujours les recoins des cerveaux d'artistes bien vivants, eux. Comme il a été dit plus haut, cette initiative est forcément salutaire et même si The Journey Is Long renvoie à une certaine forme de nostalgie il permet de rendre un homage appuyé à un artiste majeur trop tôt disparu.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 21-04-2012

A voir également :

http://label.glitterhouse.com/releases.php?show=152

?>