.:.Compte Rendu de Concert.:.

Pochette

Les Escales journée 1 - partie 2

1ère partie :

Le : 29-07-2016

Lieu : Saint-Nazaire

compte rendu proposé par Fabien et publié le 13-09-2016

C'est presque un rêve de gosse qui se réalise. Iggy Pop. Pouvoir le voir et le photographier dans de bonnes conditions ce n'était pas gagné d'avance. Certes, je l'avais déjà vu lors de son passage au Hellfest il y a quelques années mais il fallait montrer patte blanche pour pouvoir approcher. Ici, je pouvais presque le toucher du doigt, comme une groupie, trépignant de voir la rock star s'approcher de soi. En tout cas, c'est l'un des concerts les plus attendu du week-end. Et l'Iguane, bien que laissant transparaitre un corps marqué par l'âge (et sans doute un peu plus que ça), donnera un concert digne de sa réputation. Commençant par I Wanna Be Your Dog et No Fun, Iggy Pop semble plutôt en forme, attirant vers lui toutes les attentions. Et pas bégueule pour un sou, il descendra de scène pour claquer quelques mains et aller au devant de ses fans qui pour certains d'entre eux sont de sa génération. Mais ce qui compte c'est qu'Iggy Pop reste Iggy Pop, certes un peu assagi mais possédant toujours cette fougue qui la caractérise. Il ne déçoit donc pas, prolongeant le bel effet de Post Pop Depression au point de mettre à genoux bon nombre de festivaliers. Iggy marque toujours les esprits et c'est quelque chose qui reviendra beaucoup dans les conversations jusqu'au dernier jour du week end.

On ne pourra malheureusement pas en dire autant de Native Young qui a la malchance de jouer quasiment en même temps que Iggy Pop. Quand le groupe commence à jouer ils sont peu nombreux à approcher de la scène et même si les sud africains ne font mine de rien on comprend que la motivation ne soit pas au rendez-vous. Ils ont même l'ai un peu emprunté. Le public, quant à lui, arrive peu à peu mais il est clair que la Scène Estuaire ne fait pas le plein, le gros des festivaliers étant resté devant l'icône américaine. De fait, Native Young joue mais sans grande conviction et cela se voit un peu. Le groupe rejouera le lendemain, on espère un peu pour eux que leur "pop psychédélique africaine" aura un peu plus de peps. Ayant peur de s'enfoncer dans le sol, on décide de se retrancher au carré presse en attendant Skip & Die vs Lindigo.

Et l'attente valait le coup. Sur la Scène Parc Expos, les sud africains et les réunionais nous offrent un spectacle tourbillonnant. La rencontre entre les deux formations fait des étincelles autant musicalement que visuellement. Si la chanteuse Cata.Pirata accapare les regards, celle-ci ne cesse de jouer avec le public et avec les musiciens. C'est une sorte de transe qui les habitent et en un rien de temps le niveau vient de remonter de plusieurs crans. La déception Native Young est donc vite effacé et si le niveau est bien celui qu'on espérait, la température, elle aussi est montée assez rapidement. La chaleur des nuits nazairienne se rappelle à notre bon souvenir grâce à Skip & Die vs Lindigo.

Après ce concert pour le moins ébouriffant, on fait tout de même l'impasse avec Dookoom qu'on projette de voir le lendemain (parce que oui certains artistes jouent deux fois dans le week-end). On se concentre dès lors sur Caravan Palace qu'on retrouve après les avoir vu mettre le feu à Art Rock quelques semaines plus tôt. L'effet de surprise, du coup, ne joue plus vraiment mais Caravan Palace est bien sur sa lancée et enflamme la Scène du Port avec la même fougue que ce dont on avait pu voir à Saint-Brieuc. Dans une configuration différente et un peu plus limitée, Caravan Palace déborde d'énergie et ne se ménage pas. Là encore, il n'y aura pas de déception et on accepte volontiers d'aller au bout de la nuit avec eux et leur electro swing qui ne cesse d'étonner.

Crédits Photos : Fabien Pondard

A voir également :

http://www.festival-les-escales.com/

?>