.:.Chronique.:.

Pochette

Electronicat

21st Century Toy

[Disko B::2003]

La première fois que j’ai entendu Electronicat c’était en 1998 à la sortie de son disque éponyme alors édité par Noise Muséum qui allait devenir par la suite Alice In Wonder. Le disque passait alors en écoute à la Fnac et je fut rapidement intrigué par ces sonorités électroniques répétitives et sombres.

Electronicat (a.k.a. Fred Bigot) a bien fait du chemin depuis. Chaque album du personnage est une remise en cause. A chaque fois il change de concept et sait surprendre son auditeur. Ce « 21st Century Toy » n’échappe pas à cette règle. Toujours dominées par l’électronique, F.Bigot intègre à ses compositions des instruments plus traditionnels tels la guitare électrique ou le clavier moog.

Cependant F.Bigot semble avoir été atteint par le syndrome du revival 80’s mais, et c’est ce qui le sauve, le fait avec une parfaite maîtrise. En allant un peu plus loin on peut même dire qu’il puise fortement ses influences dans un groupe comme Suicide. Vous savez le Suicide des premières années. Celui qui utilisait des boucles électroniques entêtantes et une voix, celle d’Alan Vega, hypnotique. Rien que pour cela cet album d’Electronicat mérite tout notre attention.

On notera également cette reprise amusante de « Tainted Love » de Soft Cell qui est interprété en français. Elle a au moins le mérite de rafraîchir la version originale et de montrer aux non – anglophiles le côté complètement désuet des paroles. Quoi qu’il en soit l’intérêt de ce disque ne tient en cette seule reprise mais bien tout son contenu. Même si le bonhomme a encore changé son fusil d’épaule on n’en est pas déçu pour autant.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 24-09-2003

A voir également :

http://www.diskob.com

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

jean marc : avis du rédacteur

?>