.:.Chronique.:.

Pochette

Mariam the Believer

Love Everything

[Repeat Until Death::2017]

|01 Opening|02 Eternity|03 Pieces|04 Bodylife|05 Darkening|06 Bullies|07 Treasures|08 Total|09 Crust|

C’est pratique d’avoir la main sur tout. Ca vous évite d’avoir quelqu’un qui vous dise comment vous devez faire votre musique et dans quelle direction vous devez aller. Cela est surtout vrai quand vous vous appelez Mariam Wallentin, que vous maîtrisez votre projet quasiment de A à Z jusqu’à le publier sur son propre label (Repeat Until Death). Quand elle n’officie pas avec son Andreas Werliin de mari au sein de Wildbirds & Peacedrums et qu’elle ne pousse pas de la voix avec le Fire !Orchestra, Mariam Wallentin prend les atours de Mariam the Believer pour œuvrer à son projet solo et se donner les moyens d’être une artiste hors champs et bien plus intéressante que ce qu’elle avait pu proposer avec le pourtant très correct Blood Donation. Ici, avec Love Everything, la suédoise prend une autre stature et se présente comme ce qu’il se fait sans doute de mieux dans l’art pop, marchant fièrement sur les pas d’une Kate Bush qui aurait rencontré My Brightest Diamond. Il faut avouer que cela a de l’allure. Cela a même plus que de l’allure, Mariam the Believer délivre un album pour le moins renversant de séduction. Avec Love Everything, la jeune femme n’en est plus aux balbutiements. Bien au contraire, cette fois-ci elle est armée d’une assurance sans failles et les nombreux invités sur l’album (en gros son entourage qui compte des gens comme Oren Ambarchi ou Mats Gustafsson pour ne citer qu’eux) ne font que confirmer qu’elle est dans une bonne phase. Si l’album est bigarré, souvent déroutant, Mariam Wallentin aimant les contre pieds et les bonnes prises de risque, il n’en demeure pas moins suave, seyant, aussi chaleureux que mélancolique et habité par une grâce pure. Entre art rock, chamber pop teinté de soul, ce disque est marqué par le sceau d’une intelligence que seules les meilleures sensibilités artistiques peuvent avoir. Love Everything est réellement l’album qui révèle Mariam the Believer au plus grand nombre et ce pour les bonnes raisons. On s’en serait voulu de passer à côté. Il n’est pas toujours facile de s’affranchir d’entités musicales qui font déjà autorité comme le Fire !Orchestra mais Mariam Wallentin a su mener sa barque avec abnégation qui nous fait penser qu’elle a vraiment cette sensibilité de ceux qui peuvent réaliser une musique qui répond parfaitement à l’image d’une main de fer dans un gant de velours. Parfait.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 21-12-2017

A voir également :

https://www.facebook.com/MariamTheBeliever/

?>