.:.Chronique.:.

Pochette

Vignal, Raoul

The Silver Veil

[Talitres::2017]

|01 Hazy Days|02 Mine|03 One|04 Under the Same Sky|05 One by One|06 Doña Luna|07 Whispers|08 Bless You |09 The Silver Veil|10 Shadows|

Ce n'est un secret pour personne. Raoul Vignal s'est fortement inspiré de Nick Drake. Et il faudrait être un peu malhonnête sur les bords pour ne pas le reconnaître. Ecoutez Pink Moon, Five Leaves Left ou Bryter Layter dans n'importe quel ordre et comparez avec le disque de Raoul Vignal la comparaison ne pourra être qu'évidente. Enregistré à Berlin, The Silver Veil a clairement les qualités de ses glorieux aînés. On s'y tromperait presque. Le pire dans tout cela c'est qu'on est tout de même prêt à être élogieux envers Raoul Vignal. Et pourquoi pas ? Le lyonnais a tout compris, se montre inspiré et n'a pas laissé l'impression qu'il était à côté de la plaque. Beau comme un automne sans fin, The Silver Veil a tout pour marquer les esprits. Album délicat et finement ciselé, on tombe immédiatement sous le charme d'une musique sans âge mais qui nous parle avec immédiateté. Si Nick Drake n'était pas disparu prématurément, il aurait pu faire un disque comme celui-ci. Seulement voilà, l'artiste maudit n'est plus depuis une quarantaine d'années et nombreux sont ceux qui ont suivi son sillage après sa mort. On peut certes considérer Raoul Vignal comme une conséquence du culte qui est généralement voué au britannique mais il apparaît comme plus que cela, tant The Silver Veil, d'une évidente clarté, est en mesure de mettre tout le monde d'accord. La mélancolie permanente des morceaux n'enlève en rien leur beauté pure. En un rien de temps, Raoul Vignal parvient à vous désarmer et cela dure tout le long des dix chansons qui s'écoulent comme une promesse de jours plus radieux. Manifestement, notre homme n'est pas de ce temps. Il est hors mode sans être non plus celui qui se détache de tout. Il est comme un fils spirituel, appliqué, intelligent et, surtout, très doué. Là où Raoul Vignal n'aurait pu que susciter une forme d'ennui, on se met à passionner pour ses vagabondages où la légèreté se conjugue avec le sublime. The Silver Veil est un coup de maître et c'est sans contestation possible.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 04-12-2017

A voir également :

https://raoulvignal.bandcamp.com/

?>