.:.Chronique.:.

Pochette

Mendelson

Sciences Politiques

[Ici d'Ailleurs::2017]

|01 Les peuples|02 Le soulèvement|03 La nausée|04 La guerre|05 La panique|06 La carrière|07 Les héritiers|08 Le capitalisme|09 Les loisirs|10 La liberté|11 La décence|12 La dette|

Quelle différence peut-on faire entre la chanson politique et la chanson engagée ? Pascal Bouaziz en a une vision toute particulière : " la chanson politique n'a rien à voir avec l'idée de la chanson engagée, trop bête, trop limitée, trop restrictive dans la durée". Il va même plus, étant plus direct dans les vidéos qu'il a fait pour accompagner la sortie du disque. Pour lui encore "une chanson engagée c'est une chanson débile, où le chanteur est là, il est tout content, il a son bonnet péruvien et il fait chanter la foule et tout le monde est là, tellement enthousiaste et merveilleusement emballé par la prestation de son chanteur et tout le monde rentre chez soi;[...] Elle ne sert à rien du tout" au contraire de la chanson politique qui elle "laisse des traces dans la tête des gens et qui font que les choses bougent dans la tête des gens dans le long terme. Et qu'est-ce que cela produit la chanson politique ? Cela produit du doute. Peut-être que le doute il est à la fois désarmant et, en même temps, il permet, quand on le surmonte, de faire appel à une sorte de bon sens commun ou de décence commune." De fait, en France, on en a des chanteurs ou des chanteuses engagés. Nous n'avons pas de doute là-dessus. Des artistes se frayant un chemin dans la chanson politique, ils sont certainement moins nombreux. Pascal Bouaziz est surement l'un d'eux. Comme une antithèse, une réaction au prêt à penser, au prémâché intellectuel qui se voudrait universel et dénué de toutes nuances et de réflexions. N'allez pas penser que Sciences Politiques est un disque réactionnaire, dans le sens contre-productif du terme. Si une réaction doit arriver à l'issue de la démarche de Mendelson c'est bien d'instiller le doute qui amène à la réflexion. Si Sciences Politiques est un disque de reprises ce n'est sans doute pas par hasard ni même une facilité de la part de Pascal Bouaziz. Librement adaptés ces morceaux de Leonard Cohen, Sonic Youth, The Pop Group, The Jam, Robert Wyatt, Alan Vega, The Stooges et quelques autres ont toutes une connotation politique et cela s'inscrit parfaitement dans la logique des derniers projets de Pascal Bouaziz (Mendelson, Bruit Noir, l'album Haïkus). Ainsi, Bouaziz n'est pas quelqu'un qui ne fait que de la musique. Le caractère social de Mendelson n'est un secret pour personne et Sciences Politiques, avec une maîtrise rare et des adaptions ciselées, redonne de l'intelligence à l'approche politique de ce monde qui n'a rien de binaire. C'est toute la complexité du conflit social qui est abordé ici et si celui-ci n'a rien de réjouissant, il est très parlant. Avec les musiciens qui l'accompagnent (Quentin Rollet, Jean-Michel Pires, Pierre-Yves Louis, Charlie O., Sylvain Joasson), Pascal Bouaziz hausse le niveau et c'est salvateur. Mendelson est désormais indispensable.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 03-10-2017

A voir également :

http://mendelson.fr/

?>