.:.Chronique.:.

Pochette

Melvins

A Walk With Love & Death

[Ipecac::2017]

Avec les Melvins c'est un peu comme The Fall ou le Beaujolais, il y en a un tous les ans, voire deux... Et, on le sait, les qualités sont variables d'une année sur l'autre. Suffisamment en tout cas pour que les américains parviennent à dérouter de temps en temps leurs fans les plus durs. Qu'en est-il avec A Walk With Love & Death ? Les avis sont des plus mitigés. A vrai dire, c'est toujours un peu comme ça à chaque fois que Buzz Osborne et ses comparses sortent un disque. Et celui-ci est gratiné. Il offre deux visages des Melvins. L'un assez classique, l'autre nettement plus expérimental et perché. La volonté du groupe était de réunir deux projets en un seul. D'un côté les Melvins avait travaillé à un successeur de Basses Loaded tout en planchant sur la B.O. d'un court métrage réalisé par Jesse Nieminen. La première partie du disque nous dévoile donc un Melvins sans trop de surprises, que l'on connaît quasiment sur le bout des doigts mais qui reste toujours aussi efficace dans sa manière d'être, de composer et de se comporter musicalement. On avance en terrain archi-connu, les Melvins restant dans une sorte de confort, rééditant une signature sonore qui a finit par les imposer comme les plus beaux freaks du rock et de la contre culture. Chose qui se confirme avec la seconde partie du disque mais avec leur côté plus halluciné comme si ils avaient eu une montée d'acide et qu'ils n'en étaient jamais redescendu. Cette facette du groupe a eu tendance à refroidir les ardeurs mais cela ne veut pas dire que le groupe se montre moins intéressant ou qu'il se moquent ouvertement de son public. Certes, on voit difficilement le rapport entre les deux parties mais les Melvins ne sont plus à une contradiction près. On peut d'ailleurs s'en accommoder si on accepte ces deux facettes du groupe. Dale Crover aura beau vendre la chose comme il le veut (il aurait déclaré que ce disque est « un monumental, sombre, morose, psychotique voyage mental »), A Walk With Love & Death reste un album qui ne fera pas que des heureux. Un peu comme à chaque fois serait-on tenté de dire. Pour autant, si on veut bien faire l'effort, les Melvins ne sont pas dessous de ce qu'ils font d'habitude. Ils restent dans une bonne moyenne, sans vraiment faillir mais sans toucher à ce qu'ils ont pu faire de meilleur. Dans le fond on n'apprends pas grand chose sur les américains mais l'expérience reste bonne. Le cul un peu entre deux chaises on ne peut pas estimer que l'inspiration des Melvins se soit effritée. Ici, il faudra juste faire la part des choses entre un Melvins de tous les jours et celui qui se lâche en allant de la musique concrète à celle plus franchement débile. Non, les Melvins ne sont pas toujours faciles à suivre mais on les aime comme ça.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 04-08-2017

A voir également :

http://www.themelvins.net/

?>