.:.Chronique.:.

Pochette

Chessex, Antoine, Apartment House & Noetinger, Jérôme

Plastic Concrete Accumalation

[Bocian Records::2016]

|01 Plastic Concrete|02 Accumulation|

Il y a des rencontres qui ne souffrent aucune discussion. En effet, si certaines peuvent paraître incongrues ou inattendues, d'autres tombent sous le sens. Celle qui réunit Antoine Chessex, Jérôme Noetinger et l'ensemble expérimental Apartment House ne surprend pas outre mesure. Elle est même logique. Déjà parce que Chessex et Noetinger ont déjà travaillé ensemble, ensuite parce que Apartment House s'inscrit très bien dans la logique d'une musique expérimentale exigeante des deux premiers. C'est à Londres que les trois entités se sont rencontrées pour enregistrer live au Cafe OTO deux pièces en 2014 et en 2015. Chessex compose, les autres exécutent, Apartment House s'occupant des parties organiques, Noetinger se plaçant comme maître esthète de l'électronique. Deux pièces intenses de musique proches du contemporain et qui sont loin de laisser indifférents. Si on considère la musique contemporaine comme difficile d'accès et généralement réservée à une élite bien éduquée, Antoine Chessex dans son approche structurelle de l'œuvre ne fait rien pour éviter cet écueil. Pour autant, il serait malhonnête de dire que Plastic Concrete et Accumulation n'ont aucun intérêt. Tout en nuance, en multiplication des détails, en torsion du réel et dans une approche abstraite totale, le "triumvirat" captive son auditoire en le bousculant à chaque instant. En aucune manière il s'agit d'être dans le confortable. Distorsion, étirement, glicth permanent, montée en puissance et décompression évolutive sont le lot de ce disque qui n'est pas de tout repos. Cependant, il n'est pas totalement hermétique et on peut faire sien les compositions et les interprétations de Chessex, Noetinger et Apartment House. Ce qui est certain, c'est qu'une écoute unique ne suffit pas. Il est utile d'y revenir à plusieurs reprises pour complètement apprivoiser ce disque. On se rend compte alors que l'intensité que l'on ressent au début ne faiblit pas au fil des écoutes et, finalement, c'est bien le signe que le but est largement atteint. Ne pas se sentir blasé après des écoutes répétées nous indique que ce disque a les épaules pour traverser les époques sans faillir tout en donnant l'impression de le découvrir à chaque fois.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 06-04-2017

A voir également :

http://www.soundimplant.com/achessex.html

?>