.:.Chronique.:.

Pochette

Bigott

My Friends Are Dead

[Born Music::2017]

|01 Happy Flan|02 Apple Girl|03 Will Anything Happen|04 Coming Soon|05 At the End|06 Hang|07 She's Gone|08 Hairy Moon|

Vous pouvez faire tout ce que vous voulez mais il est rigoureusement impossible de faire le tour de tout ce qui se fait musicalement sur cette planète. Les blasés, les aigris qui pensent avoir tout écouté sont de purs escrocs. Un bon ami m'a dit un jour qu'écrire des chroniques de disques, de parler des artistes sur ce qu'ils font et sur ce qu'ils dégagent c'était avant tout écrire de soi. C'est sans doute vrai. On finit par s'identifier à un disque ou son auteur. Et c'est un peu le sentiment que j'ai eu quand je me suis mis à écouter My Friends Are Dead de Bigott. Non seulement, je me rends compte que je faisais une découverte de plus alors que Bigott est loin d'en être à son premier album et, en plus, si les disques devaient avoir une odeur celui-ci en a une de bien particulière. En effet, c'est le genre de disque qui me parle dès les premiers instants par sa simplicité, son humilité, son côté british à la Sarah Records, son cousinage avec des groupes comme The Feelies, me renvoyant toute ma jeunesse en pleine face. Le huitième album de l'espagnol était fait pour me faire rajeunir de vingt ans, me faire retrouver un tempérament plus apaisé, plus logique, plus serin. Sur des formats courts et épaulé par Jeremy Jay, Bigott parvient à faire passer plus d'émotions en vingt minutes alors que d'autres échouent lamentablement au bout de quarante. Revigorant parce que sans autre ambition que de réaliser un disque printanier, Bigott nous apporte un peu de soleil et d'iode afin que l'on reprenne un peu de couleurs. My Friends Are Dead est sur le ton de la balade innocente mais savante. C'est un juste retour des choses finalement. A une époque où l'on essaye d'en mettre plein la vue et les oreilles, Bigott s'éloigne de toutes les futilités et se résout à aller à l'essentiel. Et grand bien lui fasse car si My Friends Are Dead (et c'est bien dommage en soi) n'est pas d'une longueur démesurée (on est plus sur la durée d'un bon ep) il est pour le moins imparable. De quoi redonner le sourire.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 20-03-2017

A voir également :

https://www.facebook.com/bigottmusic/

?>