.:.Chronique.:.

Pochette

Gottsche, Line

Omonia

[Velvet Mode::2016]

|01 Opal - Aglow|02 Nacre - Seashell|03 Armor - Girls|04 Rome|05 Aristokrat|

Il est des disques qu'il n'est pas aisé d'apprivoiser. Il faut être dans les bonnes dispositions pour pouvoir apprécier à sa juste valeur ce qui vient chatouiller notre appareil auditif. Et ce surtout quand on a à écouter une artiste qui s'épanche sur une musique mélancolique, automnale, rythmée par des arabesques mélodiques où son chant, clair comme de l'eau de roche se ballade librement et sans encombres. Line Gottsche, parce qu'il s'agit bien d'elle, interprète avec délicatesse, instaure une ambiance onirique qui se veut sans heurts mais tout en étant dans des formes complexes qui tente de rendre une certaine évidence. Pas simple. Line Gottsche est surement pleine de bonnes intentions et par moment elle peut faire penser à Rufus Wainwright dans l'approche artistique. En soi, c'est assez ambitieux mais aussi assez dangereux. C'est un peu comme si on s'aventurait à marcher sur un fil avec de gros sabots. Au final, Line Gottsche ne s'en tire pas si mal même si on est encore loin de l'excellence. Omonia peut paraître touchant par moment mais on glisse assez rapidement dans la figure de style et on se dit qu'il manque encore un petit quelque chose Line Gottsche pour basculer vers une musique un peu plus enthousiasmante. On prendra donc Omonia comme un galop d'essai qui laisse entrevoir des perspectives qu'on espère un peu plus réjouissantes. Le déclic n'est pas encore là mais celle qui fut membre du groupe electro-pop Belle Ville n'a pas gaspillé toutes ses cartouches. Pour autant, le risque de tomber dans la guimauve n'est pas écarté. A elle de faire les bons choix.

note : 5.5

par Fabien, chronique publiée le 14-03-2017

A voir également :

http://www.linegoettsche.com/

?>