.:.Chronique.:.

Pochette

Erlend Oye

Unrest

[Astralwerks::2003]

Aprés Royksopp, voici la dernière échappée electro (presque solo) d'un des troubadours de Kings of Convenience.

Toujours ce timbre de velours, mais cette fois çi les ritournelles acoustiques ont laissé place à une electro pop made in Norvège. L'amabiance "cosy" qui se dégage de cet album peut laisser de glace les allergiques de la hype.

Mais une fois de plus, ce que nous offre ce "roi du convenu" est beaucoup plus subtil. Parce qu'attention, monsieur Oye maitrise l'art de la séduction auditive. Une bande son kitsch étonnament rafraichissante, chaque titre est plein de malice et de douceur: le disco prends des allures romantiques quand il se laisse enrobé par le murmure d'Erlend et on se demande si on est encore entrain de se faire avoir.

Il est très fort. Il nous apprivoise avec le miel de sa voix et quelques titres plus tard on se retrouve à taper le rythme sur des mélodies 70's faciles certes, mais impeccablement mixées. Derrière cette énorme meringue "revival disco hype" se cache une véritable petite poésie, parce que on sent que l'artiste s'amuse en toute simplicité et que contrairement aux apparences cet album n'est pas une énième injection de branchitude.

note : 7

par Drew, chronique publiée le 16-09-2003

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Thomas F. : avis du rédacteur
Claire : avis du rédacteur
Fabien : avis du rédacteur

?>