.:.Chronique.:.

Pochette

Emboe

Colita de Rana - A Soundtrack

[Zéro Egal Petit Intérieur::2011]

Comme beaucoup de musiciens, Emmanuel Boeuf aurait pu se contenter du groupe dans lequel il joue (Sons of Frida). Mais, comme beaucoup d'autres également, certaines envies ou circonstances vous poussent parfois à mener votre propre barque et se risquer en solitaire. Dans le cas présent, c'est plus un retour aux sources puisque le projet Emboe existe depuis au moins 1997 mais avait été mis quelque peu en sommeil à l'aube des années 2000. Depuis trois ans maintenant, Emmanuel Boeuf partage son temps entre son groupe et ses réalisations personnelles. Colita de Rana – A Soundtrack est la bande son du film du même nom réalisé par Lata Masud. Ce disque, même s'il est fait pour un accompagnement cinématographique, met au jour, pour ceux qui ne le connaissaient pas encore, un guitariste qui ne s'embarrasse pas de mélodies conventionnelles et préfère plutôt les échappées flottantes et nocturnes où certaines évolutions bruitistes viennent se greffer comme une mutation incontrolée mais qui parviennent à vous envoyer des signaux suffisament fort pour qu'on ne les prennent pas pour un simple habillage sonore. De fait, Emboe joue en eau trouble, réalisant une synthèse parfaite entre une musique aussi claire que froide et des déchirements guitaristiques qui peuvent faire penser à certains travaux de Keiji Haino ou les échappées nocturnes d'un Loren Mazzacane Connors.

Colita de Rana ne nous fait donc pas réagir par rapport à des mélodies mais plutôt à des instants sonores étirés, à la limite de l'opaque et qui touchent au plus profond du sentiment humain dans toute sa complexité. Ainsi, la musique de Emboe colle au corps et à l'âme. Elle ne peut se détacher de vous car son emprise est bien plus forte qu'on l'imagine. Colita de Rana est donc un disque saisissant, marchant sur les plates bandes d'une musique expérimentale distendue et qui va bien au-delà des frontières de la normalité. Pour autant, et ce malgré les apparences, Colita de Rana n'oeuvre pas dans une totale noirceur. Bien au contraire, ce disque possède plusieurs strates, plusieurs niveaux de lectures et ne peut pas se comprendre dans une vision post-industrielle trop sommaire. Emboe développe ici des sentiments très variés, bien plus complexes qu'on ne le pense et dépasse même le cadre de la rigidité de la musique expérimentale (du moins quand on la prend au premier degré). Même si ce disque n'est pas à mettre entre toutes les oreilles (imaginez l'incident cérébral chez un fan de Lady Gaga), il demeure que celui-ci va très loin, abordant cette terra incognita qui nous donne tant de frissons.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 20-05-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/emboe

?>