.:.Chronique.:.

Pochette

Eno , Brian

Small Craft On A Milk Sea

[Warp::2010]

|01 Emerald And Lime|02 Complex Heaven|03 Small Craft On A Milk Sea|04 Flint March|05 Horse|06 2 Forms Of Anger|07 Bone Jump|08 Dust Shuffle|09 Paleosonic|10 Slow Ice, Old Moon|11 Lesser Heaven|12 Calcium Needles|13 Emerald And Stone|14 Written, Forgotten|15 Late Anthropocene|

Résumer la carrière de Brian Eno en quelques mots est une entreprise un peu vaine. D'autant plus qu'on peut trouver son parcours un peu n'importe où sur le net. En gros, ce qu'il faut savoir c'est qu'il fut membre de Roxy Music dans ses meilleures années, auteur en solo ou en duo (Robert Fripp, Jah Wobble, Harold Budd, John Cale...) d'albums inoubliables, fut l'un des chantres de la musique ambient et est reconnu comme un producteur hors pair (les Talking Heads leur doit beaucoup par exemple). C'est un peu frustrant de résumer ainsi la carrière Brian Eno alors qu'on pourrait écrire un bouquin entier sur son oeuvre, sur son influence pesante sur la musique de notre temps etc... Brian Eno, c'est l'anti héro, l'anti rock star, discret mais que tout le monde respecte à défaut de le vénérer. Et quand il sort un nouvel album, le premier depuis Another Day On Earth (2005), on se met à rêver qu'il fasse aussi bien que Here Come The Warm Jets ou Music For Airports. En même temps, pourquoi devrait-on attendre nécessairement une réplique exacte des expériences passées ? Brian Eno a sans doute d'autres attentes, ne serait-ce que celle de ne pas se répéter. Si on reconnait volontiers la pâte du bonhomme, chacun de ses albums nous donne une idée de sa capacité à muter, à se diriger vers d'autres contrées. Small Craft On A Milk Sea ne fait pas exception à la rêgle.

Pour ce faire, Eno aura trouvé un appui de poids avec les participations de Leo Abrahams et de Jon Hopkins. Le premier, guitariste intemporel, se fonds dans les interstices électroniques du second. Le tout, évidemment, dirigé par un Brian Eno toujours aussi serein et porté vers des territoires qu'on ne foule qu'avec une certaine délicatesse. Cependant, Small Craft On A Milk Sea n'est pas qu'un essai aux contours vaporeux. Le trio se veut, par moments, un peu plus agressif, un peu plus krautrock, plus progressif, plus tribal. Entre expérience cinématographique (comment ne pas penser à Blade Runner en écoutant Emerald And Lime et Emerald And Stone), tropicale et les fondamentaux ambient d'Eno, Small Craft On A Milk Sea est plutôt un bon cru, disparate et multiforme. En soit, Brian Eno et ses camarades ne déçoivent pas même si ce disque n'est pas le meilleur du britannique. Car oui, techniquement ce nouvel opus peut difficilement être pris en défaut. Il est la mise en application de tout le savoir faire d'un type qui n'a jamais pu supporter une approche de la musique dans l'à peu près. C'est ce qui rend chacun de ses albums attrayant. Ainsi, Small Craft On A Milk Sea est une valeur sure, de celle que l'on savoure sans se poser de questions. Ce n'est pas de la complaisance envers Eno, c'est juste qu'on reconnait chez lui une capacité à ne pratiquement jamais décevoir.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 25-11-2010

A voir également :

http://brian-eno.net/

?>