.:.Chronique.:.

Pochette

Imagho

Inside Looking Out

[We Are Unique ! Records::2008]

Jean-Louis Prades a un beau parcours derrière lui. Un de ceux qui peuvent lui promettre encore un avenir bien rempli. Pourtant, alors qu'on le connaît le plus souvent sous le nom de Imagho, il reste largement inconnu, voire méprisé, chez nous. Encore une de ces injustices dont nous avons le secret. Heureusement pour lui, il possède de fervents supporters, dont je fais partie. Du moins reste-t-il apprécié par un cercle d'initiés et commence à connaitre une reconnaissance critique méritée. Il faut dire que son précédent disque, Nocturnes, avait marqué les esprits et que, depuis, on prend Imagho de plus en plus au sérieux. Inside Looking Out poursuit ainsi une dynamique de conquête qui risque de toucher, on l'espère, un public plus large. En tout cas les chroniques élogieuses se sont multipliées ces derniers mois et on peut difficilement avancer que cette unanimité soit vraiment usurpée. Ainsi, Inside Looking Out, sa dernière réalisation, n'est pas le genre de disque qui génère un buzz fabriqué de toutes pièces comme on l'a trop souvent vu. C'est aussi pour cela que les œuvres d'Imagho supporteront mieux les affres du temps.

Ayant touché au rock, à la noise, au jazz improvisé et à l'électronique expérimentale, Jean-Louis Prades parvient avec son projet solo à combiner pas mal de ses influences et de son vécu musical des plus riches pour mettre sur pied une musique alambiquée, parfois tortueuse mais toujours soucieuse de justesse dans le ton et la forme. Ici, c'est la clarté sonore qui l'emporte avec des guitares omniprésentes et une électronique diffuse qui se déploient avec une douce mélancolie et ce sentiment que le temps ne peut plus avoir d'emprise sur vous. Pour arriver à ce résultat, Prades s'est entouré d'un personnel trié sur le volet et mûrement choisi. Ainsi rencontre-t-on David Fenech, Daniel Palomo Vinuesa, Cyklyk et Vanessa Sarraf, qui apportent tous un plus indéniable. Mais, plus que tout, c'est le travail de masterisation d'Hervé Thomas (Hint, Fragile) qui donne une coloration particulière à l'ensemble. En parcourant ce disque on pense à toute cette école américaine qui, de Fred Frith à Loren Mazzacane Connors en passant par des types comme John Fahey, a mis un éclairage neuf sur la vision que l'on pouvait avoir des lignes mélodiques réalisées à la guitare. Ajoutez à cela une capacité à intégrer des passages électroniques dignes d'un Fennesz ou rappelant ses collaborations avec Fragile et Ultra Milkmaids, vous aurez une idée de la forme sonore prise par ce disque.

Pour couronner le tout, Inside Looking Out est agrémenté d'un deuxième disque qui retrace dix années de carrière avec des titres piochés au hasard de sa discographie mais aussi des inédits. La sélection, même s'il y a inévitablement des oublis, est des plus judicieuses. Si l'album Nocturnes est surreprésenté ce n'est peut-être pas un hasard mais personne ne s'en plaindra. Sur cette rétrospective, nommée Rhythm / Treble 1998-2008, ce sont pas moins de dix-huit titres qui font la démonstration de l'évolution du personnage et qui mettent en évidence une flamboyance d'écriture qu'on ne connaît pas tellement dans l'Hexagone. Qu'elle soit à découvrir ou à redécouvrir, on ne pourra rester de glace devant une musique aussi prenante.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 20-08-2008

A voir également :

http://www.uniquerecords.org

?>