.:.Chronique.:.

Pochette

Etziony, Yair

Flawed

[Spekk ::2008]

|01 Corrosion|02 Broken|03 Flawed|04 Mechanism|05 Sinking|06 Dirt|07 Man-Made|08 Sunburned|09 Sivan|

Si Flawed est le premier album paru sous son propre nom, Yair Etziony était déjà connu sous divers pseudos tels que Faction, Basic Unit ou Vermont. The End Of Tel Aviv, sorti en 2004 sur Neo Ouija, s'était même fait remarquer par ses emphases atmosphériques. Ici, l'Israélien est toujours dans cette optique de musique électronique flottante et vaporeuse faite d'abstractions sonores finement ciselées. A la base Yait Etziony devait élaborer deux albums qui différaient par leurs sources d'inspirations. C'est pendant ses performances live qu'il s'est rendu compte qu'en combinant des éléments de chaque projet il y avait matière à créer quelque chose de nettement plus intéressant. Le résultat est ce Flawed rêveur et nocturne qui allie sampling, collage, nappes électroniques, click 'n'cuts et lignes acoustiques. Le but pour Yair Etziony a été d'insérer volontairement des imperfections dans sa musique ce qui rend l'album assez aléatoire et pour le moins imprévisible. Pour autant cette touche voulue d'imprécision donne une contenance supplémentaire qui est très loin d'alourdir le propos. Notre homme prend, en effet, soin d'avancer par touches et avec une certaine discrétion. D'un minimalisme quasi parfait, Etziony trouve la juste tonalité et s'empare des sons pour les modeler à sa convenance.

Ce qui frappe au premier abord dans Flawed c'est cette totale plénitude que rien ne vient perturber. C'est comme si on savait par avance comment va évoluer le disque. En fait on le sait sans vraiment le savoir. La seule certitude que l'on a c'est cette ligne brumeuse qui ne se dément pas tout au long du disque. Le reste est l'affaire de Yair Etziony qui module, sculpte, parachève une musique à la subtilité millimétrique. Dans le sillage des productions de labels comme Mille Plateaux, Raster Noton ou Staalplaat, Yair Etziony prouve que le genre a encore sa place et qu'il peut générer des sentiments tout à fait comparables à ce qu'ils étaient quand ce type de musique était à son apogée. Certes, nous n'apprenons rien de bien nouveau avec Flawed mais la grâce est au rendez-vous ce qui le place dans les disques qui font nettement du bien et se révèle bien plus chaleureux que ce que la pochette peut laisser entendre.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 25-04-2008

A voir également :

http://www.false-ind.com

http://www.spekk.net

?>