.:.Chronique.:.

Pochette

Evol

Magia Potagia

[Mego::2005]

|01 Punani Potagia|02 Pus Pus Pus|03 Walpurgis|

Il y a quelques mois Adam Strohm de Dusted Magazine parlait de la théorie du chaos pour introduire le travail d'Evol. Après écoute de Magia Potagia il apparaît difficile de lui donner tort. Ce duo espagnol formé par Roc Jiménez De Cisneros et Anna Ramos en 1996 a écumé plusieurs labels (Antifrost, Aliénation, Fals.ch, Alku...) avant de trouver refuge sur la structure autrichienne Mego. Si Magia Potagia ne comporte que trois morceaux, ceux-ci sont d'une longueur suffisante pour mettre les nerfs a rude épreuve. Résultat de ces trois dernières années, ce disque décompose deux périodes distinctes. Punani Potagia est le quatrième morceau d'une série entamée en 2002 et dont le concept réside dans l'exploration des modulations de fréquence. Les deux morceaux suivant lui sont antérieurs et ont été enregistrés en 2001. S'il apparaît difficile de parler de compositions tant la musique d'Evol s'apparente à une pure improvisation on arrive à discerner une certaine logique dans tout ceci. Il est d'ailleurs difficile de se tromper. Le caractère fractal de la musique d'Evol saute aux oreilles et son côté chaotique ne rend pas les choses faciles.

La forme aléatoire des morceaux du duo peut paraître bien difficile à suivre mais elle peut se révéler assez fascinante. Véritable énergie brute, se concentrer sur une telle entité bruitiste et déstructurée relève du défi. Pourtant l'expérience reste intense et Magia Potagia n'a rien d'un album confortable. La première écoute est un sentiment de rejet quasi immédiat mais on finit par s'habituer au matraquage incessant de ces algorithmes nerveux et insatiables. Le disque n'est cependant pas des plus confortables mais n'est pas aussi insurmontable que l'on aurait cru. On s'y fait par accoutumance mais jamais Magia Potagia ne s'aborde de la manière la plus facile qui soit. Disque aussi brutal que difficile, il n'en demeure pas moins qu'on reconnaîtra à Evol cette capacité de produire une musique qui fait réagir en faisant appel à des sentiments enfouis et primaires. Cela sera-t-il suffisant ? Pas sûr.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 25-03-2006

A voir également :

http://www.mego.at

?>