.:.Chronique.:.

Pochette

Exile

Pro Agonist

[Planet Mu/La Baleine::2005]

|01 Silicon Chop (feat. Sub Focus)|02 Open Mike|03 The Forever Endeavour|04 Sure You Did|05 Mushroom Santa|06 Spring Cum Air|07 Broken Language (Exile mix) (feat. John B.)|08 Rage Is The Beatiful Light That Struck Her |09 Big Purple Bad Boy|10 Slime|11 Devil's Chimney|12 Merlin|

Ce qui est bien avec le label Planet Mu c’est qu’on ne sait jamais trop bien ce qui va nous tomber sous la main. Cette maison multicarte affectionne le mélange des genres et il y a peu de chances pour que vous y trouviez deux artistes identiques. Une fois de plus avec Tim Exile on ira de surprise en surprise. Si le bonhomme est plutôt à cataloguer dans le drum & bass, ce premier album regorge de trouvailles sonores et architecturales assez intéressantes. Exile recherche sans cesse l’ouverture, évite tous les cloisonnements et donne énormément de reliefs à des compositions qui ne sont pas figées dans un dogme drum & bass classique. En ce sens il évite parfaitement certains clichés qui auraient rendu très rapidement son disque ennuyeux. A bien y regarder on pourrait presque se risquer à dire qu’Exile contribue à faire évoluer le genre.

Exile n’est donc pas un élève modèle. Il n’essaye pas d’arrondire les angles mais plutôt de les briser. Et c’est ce qui est bien ici. Jamais, au fur et à mesure de l’écoute, on ne devine comment le disque va évoluer. Ainsi il échappe à un catalogage trop rapide. Son disque est certes très drum & bass mais pas seulement. C’est aussi une recherche sonore et une tentative expérimentale qui vise à rendre le genre plus apte à se renouveler. Si ce disque est plein de contrastes ce n’est donc pas hasardeux. L’exercice était risqué et nécessitait un culot monstre. Qu’on se rassure, le culot semble être quasiment naturel chez Exile. Il s’agissait simplement de ne pas se tromper dans ses choix au risque de tomber lourdement. Exile tient la distance et très largement. Tout le monde ne peut pas en dire autant et nombreux sont ceux qui se seraient laissés aller à la facilité. Tim Exile est d’une autre trempe. Il se remet en question à chaque morceau au point que cela fonctionne au-delà de nos espérances. On n’en demandait pas tant.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 02-10-2005

A voir également :

http://www.planet-mu.com

?>