.:.Chronique.:.

Pochette

Endresen, Sidsel - Wallumrod, Christian - Sten, Helge

Merriwinkle

[Jazzland Recording/Universal::2004]

|01 Bittertiles|02 Oldenwold|03 Heylo|04 Soleside|05 Wobber|06 Bathos|07 Ectrik|08 Merrivein|09 Flidis|10 Nickeltoe|11 Limpit|12 Tink|13 Mellodome|

« Merrinwinkle » c’est avant tout la rencontre entre S.Endresen et C.Wallumrod. Deux musiciens qui se sont regardés pendant des années sans jamais collaborer ensemble. C’est chose faite aujourd’hui. Et c’est d’une manière tout à fait improvisée que les deux musiciens ont choisit de travailler en associant à leur projet H.Stern. Accouché au bout d’une session de deux jours ce disque peut s’apparenter à un véritable ovni. Les morceaux se construisent autour des improvisations vocales de la norvégienne S.Endresen ou de ses poèmes. Dans l’approche du débit vocal on est pas loin de penser à Diamanda Galas ou Meira Asher. Ces deux dernières ont certes une approche plus brut, qui va jusqu’à l’invective et qui cherche manifestement à déboussoler, alors que S.Endresen se veut plus réservé, chuchotant parfois, mais restant dans une optique assez minimale. Malgré tout il se dégage une intensité comme seuls savent créer les musiciens du Grand Nord c’est à dire une sorte de force glaciale et posée qui se partage entre le contemplatif et les triturations sonores.

« Merrinwinkle » est donc un disque difficile mais pas dénué d’intérêt. De toute façon Jazzland n’a jamais eu pour vocation de publier de la musique populaire. Jazzland est un label exigeant qui produit des musiques exigeantes. Ce frère jumeau de Rune Grammofon possède un catalogue qui parle de lui même. Ce disque ne fera donc pas exception à la règle. Il n’en demeure pas moins que cet album possède une force envoûtante non négligeable. Bien sur il faut se donner la peine d’entrer dans un univers abrupt et aux cheminements tortueux. Comme tout disque de musique improvisée il y a toujours ce petit côté aventureux qui donne un peu de piment à la chose. Rien n’est jamais tracé, rien ne se devine, la répétition n’existe pour ainsi dire jamais. Ainsi « Merrinwinkle » remplit parfaitement son office et tire largement son épingle du jeu. Vous ressortirez de ce disque comme celui-ci finit c’est à dire avec un mysticisme cristallin.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 06-08-2004

A voir également :

http://www.jazzlandrec.com

?>