.:.Chronique.:.

Pochette

Eluvium

Accidental Memory In The Case Of Death

[Temporary Residence::2004]

|01 An accidental memory|02 Genius and the thieves|03 Perfect neglect in a field of statues|04 Nepenthe|05 In a sense|06 The well meaning professor|07 An accidental memory in the case of death|

Eluvium n’est pas un groupe. Eluvium est le pseudonyme choisi par un certain Matthew Cooper, un jeune Américain mal rasé multi-instrumentaliste qui fait sa musique tout seul dans son coin, sans l’aide de personne, et qui a décidé pour son second album de ne jouer que du piano. Rien d’autre que du piano et le spleen d’un jeune Occidental perdu dans son époque qui a simplement l’envie de renouer avec le romantisme, de faire des boucles néoclassiques avec ce gros instrument noir enterré trop tôt par toutes ces putains de rock-stars prétentieuses. Une conception du beau assez innocente, vingt-cinq minutes de poèsie simpliste, c’est suffisant pour être touché au plus profond de soi-même. Eluvium créé un cocon dans lequel il est facile de s’installer, on y vide son esprit et on se laisse transporter par des mélodies rassurantes. On ne sera pas bousculé, on le sait. Le but d’Eluvium n’est pas de surprendre, encore moins d’expérimenter, seulement de faire une belle musique avec un bel instrument.

note : 7

par johan, chronique publiée le 28-06-2004

A voir également :

http://www.temporaryresidence.com/

?>